Chefs OTHER NEWS Restaurants — 01 mai 2017
Laure Genonceaux, Lady Chef of the Year après le Delta d’Or Bxls 2017

Après avoir été Chef du Mois sur ce blog, puis Delta d’Or Bruxelles 2017, Laure Genonceaux a visiblement le vent en poupe cette année !Une nouvelle occasion pour retourner s’attabler en son séduisant Brinz’l !

Pour détail et (re)découvert de cette talentueuse femme-chef comme pour la découverte de ses 4 recettes voir notre rubrique « Chef du mois » et pour le reste, voici ce que nous en disions précédemment.

Discrète et dynamique, talentueuse mais truffée d’humilité, Laure Genonceaux est parvenue à relever le périlleux défit d’ouvrir sa propre enseigne à Bruxelles. Un nouveau restaurant gastronomique pour la Capitale représentant effectivement un vrai challenge et qui, par les temps qui courent et au regard des difficultés du secteur à Bruxelles, n’était absolument pas gagné d’avance. Brinz’l, sous l’impulsion, la volonté et la grande détermination de ce chef au féminin, vient à peine de souffler sa première bougie que déjà, la sympathique chef annonce complet toutes les fins de semaine.

Aujourd’hui, si Laure Genonceaux rencontre ce succès bien mérité en son joli restaurant Brinz’l (se prononce « brinzelle »), c’est donc non seulement à sa détermination qu’elle le doit mais aussi à une formation doublée d’un parcours éloquent en hauts lieux gastronomiques.

Et pour cause, Laure, après avoir suivi des cours de cuisine à l’Ecole Hôtelière Provinciale de Namur, ira se perfectionner en pâtisserie et traiteur au Ceria. Elle fera des stages, ira se roder puis travailler successivement chez Nicolas Lefèvre, un traiteur membre des prestigieux « Fournisseurs de la Cour de Belgique », puis à la Bergerie* aux côtés de Guy Lefevere à Live-sur-Meuse (Province de Namur) ou encore chez le traiteur italien Pandin (Bruxelles).

Poursuivant courageusement sa route et n’en restant pas à sa dernière formation de traiteur et pâtissière, elle arrivera aux fourneaux de chefs prestigieux tels que Christophe Hardiquest (Bon Bon) ou encore Evan Triantopoulos (Grill aux Herbes, Le Fourneau). Passages mémorables dans ces maisons laissant de sérieuses traces, une fameuse dose de bons souvenirs et une autre, plus impressionnante encore, de volonté de bien faire cette cuisine de haut vol, qu’elle personnalise d’un subtile métissage franco-mauricien. Car la jeune femme a effectivement du sang mauricien dans les veines ce qui explique non seulement le nom de sa nouvelle enseigne, Brinz’l (Une brinzelle étant une aubergine à l’Ile Maurice) mais aussi quelques notes que l’on dirait volontiers « exotiques » dans une cuisine qui ainsi se différencie très subtilement des autres. Les piments, la rougail, les épices les plus originales n’ont aucun secret pour elle et c’est à ces derniers qu’elle ajoute constamment de nouvelles saveurs, d’autres mariages et surtout une fraîcheur qui fait plaisir à voir et à gouter actuellement à nos tables manquant cruellement de fantaisie, d’audace et, in fine, de personnalisation.

Avec sa cuisine aussi métissée que personnalisée, ses armes faites à l’ombre des plus grands et, comme beaucoup désormais, son respect inaltérable pour les produits de grande qualité et, le plus souvent possible de proximité, Laure Genonceaux se fait de plus en plus remarquer des plus fins gourmets de la Capitale.

Aujourd’hui, son restaurant, connu sous le nom de BonBon lorsqu’il appartenait à Christophe Hardiquest et, bien avant celui-ci, connu par tous les bruxellois sous celui de « Mok ma Zwet » (ancien bistrot-resto « brusseleir »), représente désormais une table épicurienne quelque peu différente. La subtilité de la cuisine personnalisée de Laure, le cadre lui aussi inspiré des paysages de l’Ile Maurice et le mariage mixte des plus réussis entre la formation et les préparations familiales de cette talentueuse cuisinière nous aurons poussé à lui demander quelques-unes de ses recettes. Une invitation qui au final, nous aidera à donner un coup de projecteur sur cette petite adresse de quartier qui semble déjà avoir tout d’une grande. Ne nous reste plus qu’à y aller … prendre nos quartiers d’été !

Brinz’l – Rue des Carmélites, 93 – 1180 Bruxelles – T +32 (0)2 218 23 32 – www.brinzel.be

Fermé : dimanche et lundi & cette première semaine des vacances de printemps (réouverture le 11 avril).

Brinz'l-©Morgane Ball (6) (800x534)

Related Articles

Partager!!

About Author

Joëlle Rochette

(0) Commentaires des lecteurs

Pas de commentaire.