VOUS LISEZ
Escapade de proximité, la Zélande est à deux pas

Escapade de proximité, la Zélande est à deux pas

Quelques jours de congés ou un week-end prolongé en vue ? L’envie de prendre le large et le bon air de la Côte ? Pourquoi ne pas s’offrir une petite virée en Zélande ?

A moins d’1 h30 de Bruxelles, un reportage et une pêche aux moules nous a fait découvrir une destination de proximité des plus séduisantes, Yserke en Zélande (Pays-Bas).

Voici quelques semaines, alors que la saison battait son plein, nous sommes partis à la pêche aux moules avec le producteur Roem van Yerseke en Zélande où nous avait emmené le service presse de la chaine Aldi. Une bonne idée pour nous permettre de découvrir un volet qualitatif du principal fournisseur de moules aux magasins Aldi Belgique.

La moule au top du goût des belges

Personne ne l’ignore, les moules représentent l’un des plats préférés des belges. Chose étudiée et confirmée par une enquête menée par le bureau d’études IVOX à la demande d’Aldi Belgique. Pour ce faire près de 1000 belges ont été interviewés en juin 2021. De quoi nous aider à mieux connaître les variétés de moules proposées sur le marché belge, la manière de les pêcher, de les préparer ou encore et entre autres, les multiples façons de les préparer.

En quelques chiffres, voici ce que l’enquête d’IVOX a déduit :

  • En 1960, la production mondiale de moules était de 40,5 millions de tonnes alors qu’aujourd’hui, elle atteint près de 170 millions de tonnes
  • 3 belges sur 4 consomment des moules
  • 60 % de ces amateurs préfèrent les moules de Zélande
  • 53 % des belges préfèrent les moules « nature » (dont 67 % en Flandre – 33 % en Wallonie)
  • 30 % des wallons les aiment au vin blanc pour seulement 18 % en Flandre

Et en quelques conseils, voici ce qu’il vous faut savoir si vous décidez de les préparer vous-même :

  • Pour en vérifier la fraîcheur, plongez la moule dans de l’eau froide. Si elle descend au fond de la casserole c’est qu’elle est propre à la consommation. Si elle remonte et flotte à la surface, c’est qu’il vaut mieux ne pas la consommer.
  • Si une moule est ouverte lors de l’achat, elle ne sera pas bonne et il vaut mieux la jeter plutôt que de la déguster … avariée !
  • Quand la moule est rincée, tapoter sur la coquille et voir que celle-ci se rétracte et se ferme est également gage de fraîcheur.
  • Le fait que la moule s’ouvre lors de la cuisson est une dernière preuve de sa fraîcheur.

Le producteur Roem van Yerseke nous emmène à la pêche aux moules

Chemin faisant, ou plutôt voguant, nous avons appris que la moule appelée Goudmerk, par exemple, est une moule de corde. Cette moule, comme toutes les moules de corde, est élevée en mer sur des cordes suspendues. Sa saison de pêche est l’été. Quant aux moules de fond, dont la pêche se pratique à partir d‘un navire de pêche, c’est toute l’année qu’on la pêche. Les moules de fond grandissent en mer sur des fonds de sable naturel. La manière de procéder passe par de grands filets métalliques appelés dragues qui sont descendus dans la mer et raclent le sol sablonneux pour remonter garnis d’impressionnantes quantités de moules. Celles-ci sont alors déversées dans la cale ouverte du navire puis amenée au port vers l’usine de traitement.

Une entreprise de pêche octogénaire

L’entreprise Roem van Yserke a été créée il y a 80 ans. Pour débuter, elle assurait la mise en saumure de moules ce qu’elle pratique toujours actuellement tout en ayant ajouté le traitement d’huitres et de crevettes fraîches. L’entreprise emploie 150 personnes assurant en permanence l’approvisionnement constant de matières premières de qualité supérieure. Des produits frais sont proposés aux clients mais aussi des produits conservés et des surgelés.

Voir aussi

Roem van Yerseke représente actuellement l’un des plus grands acteurs du marché européen de fruits de mer. L’entreprise bénéficie de plus de 2000 hectares de parcelles de moules et huîtres en mer, d’une flotte propre de 14 bateaux et de 4 usines dont deux se trouvent sur l’Escaut oriental.

 

Last but not least, nous apprenons que la moule, c’est aussi tout bon sur le plan nutritionnel

Pas étonnant diront certains sachant combien riche en iode, en fer (même plus que dans le bœuf) est la moule. Par ailleurs, elle présente une très faible teneur en cholestérol (moins que les autres crustacés et coquillages). Et ce qui ne gâche rien pour les amateurs, elle comporte très peu de calories, ce qui la place en tête de peloton des mets les plus légers et les plus sains que l’on puisse déguster, même en grande quantité. Il suffit juste de ne pas faire trop large place à sa dauphine, la frite belgo-belge et sa mayonnaise maison !

A découvrir, si vous partez en escapade en Zélande, quantité de petits villages très sympas, des chambres d’hôtes chaleureuses et, bien sûr, la grande bleue (ou plutôt grise) à l’horizon … enfin, quelle que soit sa couleur, la mer, en toutes saisons, se fait pour nous toujours aussi séduisante et revigorante ! Qu’on se le dise et se le rappelle en cette saison de fatigue et d’envie de prendre le large pour mieux s’aérer et recharger ses batteries à l’aube e l’an neuf qui se pointe à grands pas !

Le Blog Gastronomique de Joëlle Rochette - l'art de vivre en "Epicurie"

© 2020 JOELLE ROCHETTE - TOUS DROITS RESERVES.
 
 
 
 
 
 
Défiler vers le haut