OTHER NEWS Restaurants What else... — 04 octobre 2018
Aux Armes de Bruxelles, la renaissance d’un mythe gastronomique

Enseigne belgo-bruxelloise mythique, s’il en est, l’une des plus authentiques maisons du centre de la Capitale vient de rouvrir ses portes sous l’impulsion de son tout aussi notoire voisin, le restaurant-friture Chez Léon. Une renaissance que l’on doit au courageux Rudy Vanlancker (patron de chez Léon) qui vient non seulement de racheter cette célèbre maison mais qui vient également de lui rendre ses lustres d’antan en la dotant de spectaculaires travaux de rénovation … à l’identique !

Pari tenu, l’enseigne flambant neuve vient de renaitre sous les meilleurs auspices et est à nouveau promise à un très bel avenir. Preuve en est les quelques jours de rodage passés avec grand succès avant la réouverture officielle du 11 octobre prochain. Autre élément des plus prometteurs, la carte faisant la part belle aux plus emblématiques préparations belgo-bruxelloises. De quoi ravir les vrais amateurs de cuisine authentique et typique, les curieux n’ayant plus guère l’occasion de déguster un succulent waterzooï, de véritables anguilles au vert, d’authentiques croquettes de crevettes grises de la Mer du Nord, un beau turbot sauvage, de belles carbonades flamandes à la Gueuze ou encore et surtout entre autres mille et une préparations de grande tradition, de généreuses moules marinières.

Un peu d’histoire

C’était au temps où Bruxelles bruxellait, au temps où l’îlot Sacré regorgeait de belles et bonnes adresses gourmandes. Au temps où la gastronomie bruxelloise y excellait et où l’enseigne créée par Calixte Veulemans allait devenir le restaurant le plus incontournable de la capitale.

L’élégance de la demeure n’ayant d’égale que sa cuisine authentique, le service en grand style ne souffrant aucune fausse note et l’hospitalité vite légendaire des « Armes » n’ayant pour conséquence qu’une réputation galopante, la maison fût même étoilée et le monde – quasi – entier ne cessa de s’y précipiter de longues années durant. Puis vint le temps où l’enseigne tomba en désuétude, revendue par la famille Veulemans, elle ne survivra pas à une gestion étrangère.

Aujourd’hui, à l’aube de son centenaire qui sera fêté en 2021, Les Armes de Bruxelles ont de nouveaux propriétaires, Rudy Vanlancker et son épouse Nadine. Déjà propriétaire et véritable homme-orchestre de Chez Léon depuis 42 ans, Rudy s’est donc attaché à rendre à César ce qui appartient à César. Ceci en dynamisant ainsi l’Ilot sacré via cette audacieuse entreprise qu’est la reprise des « Armes ».

Une renommée dépassant nos frontières

Dès l’Expo 58, la réputation du restaurant ira bon train. Le Tout-Bruxelles s’y donne rendez-vous, les touristes de passage y font halte régulièrement et nos têtes couronnées comme les « vedettes » les plus en vue s’y croisent constamment. Brel et Aznavour, Line Renaud ou Charles Trenet, Johnny et notre Toots national et bien d’autre encore s’y précipitent dès leur passage dans la Capitale.

La maison se fera de vrais et bons fidèles et la renommée de sa cuisine comme l’efficacité de son service ou l’esthétique de son cadre continueront à faire de nombreux émules.

Une cuisine d’une authenticité folle

A l’heure où la mode est à une cuisine la plus « healthy » possible, voire la plus voyageuse qui soit, Les Armes feront de la résistance culinaire et feront, à nouveau, la part belle aux préparations qui, depuis toujours, ont fait leur succès, telles, notamment, quelques 7 sortes de moules et leurs grosses frites en tête. A cela ajoutez un large banc d’écailler, dit-on d’exception, avec ses moules, ses crevettes, ses caricoles, ses bigorneaux, ses langoustines, ses huîtres creuses et plates, ses fines de claires Marennes d’Oléron et quelques exclusivités promises par la maison Gillardeau, un des meilleurs ostréiculteurs de France ; mais aussi et comme il s’entend, un service stylé irréprochable, des tables napées de blanc, un cadre flambant neuf mais à l’identique et vous obtiendrez ce qui fera à nouveau briller de mille feu un centre-ville trop longtemps galvaudé ces dernières années.

Pour employer un terme on ne peut plus à la mode ici, la Belgitude fera son retour au cœur de l’Ilot sacré avec ces Armes nouvelle version. Ainsi, côté douceur, on pourra y déguster une crème brûlée aux cuberdons, l’incontournable tarte au sucre et à la cassonade servie tiède, la glace au chocolat belge, le tiramisu aux spéculoos, la vraie gaufre de Liège à la cannelle et au sucre perlé ou les réputées crêpes « Comédie française », flambées en salle à la Mandarine Napoléon.

Tant de délices auront, bien entendu, mais si modique que l’on a presque déjà envie de parler de cadeau. Jugez plutôt : deux menus seront tarifés de 35 et 45 € et la carte des vins feront le bonheur de tout amateur.

De fortes personnalités aux commandes

Soucieux de conserver toute l’authenticité des Armes de Bruxelles, Rudy Vanlancker a également veillé à maintenir en place le maître d’hôtel, Luis Gomez, qui était déjà présent dans la maison depuis 1993. Parallèlement, c‘est au chef Cédric Callenaere qu’il a confié le piano. Celui-ci déjà enfant s’attablait Aux Armes de Bruxelles avec ses parents ce qui lui donna sans doute la passion de la cuisine. Ainsi, après des études à l’Ecole Hôtelière de Namur il travailla durant treize ans à La Roue d’Or puis à la Brasserie de Bruxelles ouverte par Laurent Veulemans. Là, il continua à concocter une cuisine faite de grands classiques belges et bruxellois pur lesquels Jacques Veulemans, père de Laurent et bien entendu ancien propriétaire des Armes de Bruxelles, n’hésitait jamais à lui prodiguer les meilleurs conseils. Aujourd’hui en rejoignant le piano des Armes, Cédric Callenaere s’y sentira assurément comme un poisson dans l’eau !

Enfin, last but not least, la direction générale de l’enseigne est désormais confiée à un proche de la Famille Vanlancker, Thierry Van Hoolsbeek. Lui aussi passé par l’Ecole Hôtelière de Namur où il se distingua en gagnant différents concours, a ensuite fait plusieurs maisons emblématiques en tant que F&B manager. Parmi ce brillant parcours, on note qu’il était, ces dernières années, responsable du département Horeca à Pairi Daiza. Une autre personnalité forte qui, à son tour, avec son expérience, son dynamisme et cette ambition commune à toute une équipe volontaire, ne pourra que contribuer à redorer le blason de cette – à nouveau – grande institution gourmande bruxelloise.

 

Aux Armes de Bruxelles – Rue des Bouchers, 13 – 1000 Bruxelles – T +32(0)2 511 55 50/98

Related Articles

Partager!!

About Author

Joëlle Rochette

(0) Commentaires des lecteurs

Pas de commentaire.