Actualité Chefs — 06 août 2018
« Plattekeis » (fromage blanc bruxellois)

Ce midi, mangeons local… Et dans le répertoire belgo-bruxellois, quoi de plus agréable, par ce beau temps, qu’une belle tartine de « plattekeis » ? En voici ma version, à arroser, bien entendu, d’une bonne gueuze ou d’une savoureuse kriek authentique de belle origine (Cantillon ou Oud Beersel…) – Philippe Bidaine

Ingrédients pour 6 tartines : 500 g de bon fromage blanc entier – 1 botte de jeunes oignons – 1 botte de radis – 1 botte de ciboulette – 1 échalote – poivre blanc du moulin – sel – 6 tranches de pain complet.

Préparation

  1. Nettoyer les jeunes oignons et en réserver 3 pour la décoration.
  2. Nettoyer les radis (couper la pointe et garder un cm de vert) et en réserver 12 pour la décoration.
  3. Hacher finement l’échalote épluchée avec les jeunes oignons et les radis.
  4. Incorporer au fromage blanc.
  5. Poivrer et saler généreusement.
  6. Laisser reposer au frais au moins deux heures.
  7. Tartiner de belles tranches de bon pain gris et décorer avec les jeunes oignons et les radis coupés en deux.

 

Le plattekeis : kesako ?

Indissociable des estaminets et autres « laiteries » qui entouraient autrefois ce qui n’était pas encore la Capitale de l’Europe, la tartine au « plattekeis » était la gourmandise estivale par excellence des Bruxellois en goguette. Arrosée d’une bonne gueuze ou d’une excellente kriek, cette délicatesse était idéalement préparée à partir du fromage blanc brabançon appelé « mandjeskaaas » (fromage du panier), ainsi appelé parce qu’il était présenté dans les petits paniers en osier dans lesquels il était égoutté. Relevé avec une part d’«ettekeis », le fameux « fromage de Bruxelles » redoutablement odorant et salé, la préparation était alors appelée « potkeis » (fromage du pot).

Related Articles

Partager!!

About Author

Joëlle Rochette

(0) Commentaires des lecteurs

Pas de commentaire.